L’épuisement entrepreneurial : et si on en parlait ?

Du 24 février au 13 mars 2020, j’ai réalisé avec Zcrea une étude exploratoire sur l’épuisement des micro-entrepreneur(e)s. Lors de cette enquête, j’ai pris plaisir à échanger avec vingt-huit personnes dans le cadre d’un entretien d’une durée de 1h15 en moyenne. Dans cet article, je t’explique la raison qui m’a amené à réaliser cette étude et je te présente les résultats préliminaires.

La raison officielle…

Un chef d’entreprise (PME) sur cinq présente un signe de risque de burnout (1). L’épuisement est le premier signe déterminant de ce processus. C’est suite à ce constat soulevé par des chercheurs de l’organisme Amarok et face au manque de données en France concernant la situation des micro-entrepreneur(e)s que j’ai décidé de mener mon enquête avec ZCrea. L’objectif de l’étude : explorer les dimensions, causes et impacts de leur épuisement tant dans leur quotidien que dans le fonctionnement de leur activité et de leur entreprise. Avec cette enquête qualitative, il s’agissait de réfléchir à une façon de sensibiliser et d’échanger sur ce sujet de façon ludique et stratégique pour aider les entrepreneur(e)s à préserver leur énergie et celle de leur entreprise en anticipant ces situations d’épuisement.

Cette enquête avait trois objectifs spécifiques :

  1. Explorer les dimensions de l’épuisement (physique, mental et émotionnel) quand une (ou plusieurs) activité(s) entrepreneuriales est (sont) menée(s) à temps plein ou non,
  2. Expliciter les principales causes ainsi que les effets de l’épuisement de l’entrepreneur(e) dans son quotidien et dans le fonctionnement de son activité et de son entreprise,
  3. Revenir sur les stratégies implicites ou explicites mises en œuvre par l’entrepreneur(e) pour agir en amont de l’épuisement, favoriser son bien-être et la santé de son entreprise.

La raison officieuse…

En ce début d’année 2020, j’étais fatigué. Et je n’étais pas le seul à l’être… Dans mon écosystème entrepreneurial parisien, certains de mes collègues étaient très épuisés physiquement et émotionnellement, proches du burnout ! A ma grande surprise, l’épuisement lié à l’activité entrepreneuriale reste un sujet particulièrement tabou ou est clairement banalisé, normalisé. “C’est normal d’être fatigué quand on est entrepreneur. C’est juste un mauvais moment à passer”. Dans le même temps en effectuant en janvier ma veille scientifique sur le bien-être au travail, j’avais pris connaissance de l’article d’Amarok.

Pour ne pas tomber dans l’épuisement, j’ai décidé de m’accorder une pause à la campagne pour me ressourcer. Mes deux principales sources d’énergie étant la danse et la réalisation d’enquête, je me suis dit qu’il serait intéressant de creuser la question en explorant le sujet dans le cadre d’une étude et d’en échanger avec d’autres. Une fois le protocole de l’enquête finalisé, j’ai décidé de lancer un appel à entretiens. 28 personnes y ont répondu. Merci à elles.

Profil des participant(e)s

  • 28 personnes interrogées : 21 femmes et 7 hommes,
  • Lieu de résidence : Île-de-France (20) / France hors Île-de-France (6) / Étranger (2),
  • Âge : 20-29 ans (7) / 30-39 ans (15) / 40-49 ans (5) / 50 ans et plus (1),
  • Statut marital : Célibataire (11) / En couple (17),
  • Enfant : Oui (8) / Non (20),
  • Durée entrepreneuriat : moins d’un an (2) / entre un et trois ans (16) / plus de trois ans (10),
  • Temps dédié : Temps plein (20) / Non temps plein (8 dont 6 en poste salarié),
  • Épuisement – entrepreneuriat : Non (12) / Oui (16 dont 5 ayant connu au moins un burn-out),
  • Secteur d’activité : Marketing – Commercial (3) / Développement personnel (9) / Mode (2) / QVT – Santé au travail (4) / Média – Communication (6) / Artisanat (1) / Vidéo – Web (3).

Épuisement physique, mental et émotionnel

Les dimensions de l’épuisement ont été appréciées avec l’instrument BMS-10 de Pines (2).

TOP 3 : “Globalement, je me suis senti(e)…”
1. “Sous pression”
2. Fatigué(e)
3 ex aequo. Déçu(e) par certaines personnes / Difficultés de sommeil

L’épuisement des personnes interrogées est plus mental et émotionnel que physique. Leur fatigue est majoritairement mentale et leurs difficultés de sommeil sont principalement liées à des ruminations de pensées qui les empêchent de dormir ou de se rendormir. Très souvent, ce sont les personnes elles-mêmes qui se mettent la pression. Nombreuses sont les personnes qui se disent être trop exigeante avec elle-même (perfectionnisme…) et manquant de bienveillance envers elle-même. “Je suis ma pire critique et mon propre bourreau.”

Au moins un évènement épuisant vécu pour la majorité...

25 personnes sur 28 m’ont confié avoir vécu un évènement épuisant lors de leur parcours entrepreneurial (alors que 12 personnes m’avaient déclaré au début de leur entretien n’avoir jamais connu d’épuisement en lien avec l’entrepreneuriat).“Cette enquête m’a permis de prendre conscience que oui je suis fatiguée, épuisée de temps en temps et c’est important de le savoir.”
Exemples d’évènements épuisants vécus :
– Mettre un terme à un partenariat entre associé(e)s
– Envoi d’un huissier pour non-paiement / Confrontation ou négociation avec le dirigeant
– Problème de santé
– Première intervention publique (conférence, enseignement…) / Animation de groupe
– Croissance / Fin des allocations chômage
– Campagne de crowdfunding …

L’importance des contextes de vie et de travail pour comprendre l’épuisement

(-) Charge mentale de l’entrepreneur(e)-parent, notamment avec des enfants en bas âge,
Solitude des personnes isolées et des entrepreneur(e)s en milieu rural,
Impact de l’épuisement de l’entrepreneur(e) sur l’entourage et le couple.

(+) Espace de travail dédié (bureau ou espace de coworking),
Rapport à soi amené par la présence d’animaux de compagnie,
Équilibre entre entrepreneuriat et salariat pour allier confort / sécurité financière et plaisir.

L’une des priorités pour éviter l’épuisement : le retour à soi

Lorsque j’ai demandé aux personnes interrogées leurs trois priorités du moment pour éviter l’épuisement, la majorité ont pensé à leur bien-être et à leur sérénité avant tout, tant dans leurs habitudes de vie (alimentation, sommeil, sport) et de travail (organisation) que dans leurs envies : se sentir bien, se faire plaisir, être sa priorité et être pleinement présent avec soi-même et son entourage proche (famille et/ou amis).

L’épuisement entrepreneurial : un sujet à sortir de l’ombre

L’épuisement (qu’il soit physique, émotionnel ou mental) concerne tout entrepreneur. Pourtant comme le souligne l’une des entrepreneures interrogées, “la santé mentale est un sujet complètement oublié de l’entrepreneuriat. On n’en parle pas dans les salons. Même en tant qu’entrepreneur, on a banalisé la fatigue entrepreneuriale. Fatigue = réussite”.

Cher(e) collègue entrepreneur(e), et si on changeait la donne en en parlant davantage ?

Si tu veux que nous fassions un point ensemble pour poser des actions afin d’éviter l’épuisement ou pour prendre du recul et de la hauteur sur tes épisodes d’épuisement afin d’en tirer des apprentissages, réserve ton appel-bilan dès maintenant.

Anthony, Zcrea.

Bibliographie :
(1) Torres, A. & Kinowski-Moysan C. (2019). Dépistage de l’épuisement et prévention du burnout des dirigeants de PME : D’une recherche académique à une valorisation sociétale. Revue française de gestion.
(2) Lourela, M., Gueguenb, N., & Mouda F. (2007). L’évaluation du burnout de Pines : adaptation et validation en version française de l’instrument Burnout Measure Short version (BMS-10). Pratiques psychologiques.

Leave a Reply