Maslow à l’ère de l’entrepreneuriat : Une double lecture de la pyramide des besoins.

La pyramide des besoins, proposée par le psychologue américain Abraham Maslow, est très souvent utilisée pour parler de bien-être et d’épanouissement au travail, principalement dans un contexte salarial.

Cependant en l’analysant de plus près en tenant compte de la réalité du cheminement entrepreneurial, la lecture de cette pyramide ne serait-elle pas inversée ?

La pyramide de Maslow : Rapide mise au point.

Abraham Maslow a identifié cinq niveaux de besoins ”vitaux” des êtres humains qui contribuent à leur bien-être au travail et dans la vie en général :

  1. les besoins physiologiques (boire, manger, respirer, dormir…),
  2. la sécurité (avoir une rémunération, un logement, pouvoir se faire soigner…),
  3. l’appartenance sociale (avoir le sentiment d’appartenir à un groupe, à une communauté, se sentir intégré(e)…),
  4. l’estime de soi et des autres (le respect, la confiance, la reconnaissance, les responsabilités aussi que l’on peut se donner vis-à-vis de soi et des autres), et
  5. la réalisation de soi (l’affirmation de soi, l’autonomie, la créativité…).

Ces niveaux sont classiquement représentés dans une pyramide, la pyramide de Maslow. Selon le psychologue, pour accéder à un niveau supérieur il faut déjà avoir atteint les niveaux qui le précédent.

Même si cette hiérarchisation présente certaines limites, cette pyramide a le mérite de nous inviter chacun chacune à prendre du recul sur ce qui nous épanouit au travail et dans la vie de façon générale, ainsi qu’à déterminer nos réels besoins, desquels vont découler ensuite nos objectifs et priorités personnels et professionnels.

Et si on retournait la pyramide, mon cher Maslow, que se passerait-il ?

Vis-à-vis de ces besoins, n’y aurait-il pas une différence de lecture et de cheminement entre un(e) salarié et un(e) entrepreneur(e) ?

Je m’explique.

A lire cette pyramide du point de vue d’un(e) salarié(e), le fil conducteur est le REVENU. Percevoir un salaire chaque mois permet d’avoir un logement, de se nourrir, de se vêtir etc., et de s’assurer une certaine sécurité, financière notamment. L’idéal pour un(e) salarié(e) serait de choisir et réaliser une activité professionnelle qui correspond à ses attentes, à ses compétences et à ses envies. En somme, le salaire est à la base de la pyramide et le sens à son sommet ! (Bien entendu, le sens peut devenir la base de cette pyramide si la personne salariée a choisi son travail – et de ce fait sa rémunération – selon ce critère – réalisation de soi et autonomie dans son poste etc.).

Pour un(e) entrepreneur(e), la lecture de la pyramide des besoins est inversée. Le fil conducteur est le sens donné à son engagement (qui peut être de nature différente selon chacun chacune). Quand une personne choisit de se lancer dans l’entrepreneuriat, elle connait à minima son pourquoi (qu’il soit implicite ou explicite, conscientisé ou non), à savoir la raison pour laquelle elle a décidé d’entreprendre et de créer son entreprise. Tout l’enjeu de l’entrepreneur(e) est de faire en sorte que l’activité-business qu’il (elle) souhaite développer soit rentable économiquement pour lui permettre de vivre (survivre ?), et ainsi combler des besoins physiologiques “vitaux” (comme manger, se nourrir, avec un logement). En entreprenant, la réalisation de soi se fait au quotidien (parfois inconsciemment mais elle se fait). Elle est la base de la pyramide. Le principal défi pour l’entrepreneur(e) qui connait son pourquoi et la raison d’être qu’il (elle) donne à son projet est de faire en sorte qu’il ait une entrée financière régulière et pérenne pour pouvoir continuer de développer et de gérer son activité dans la durée et s’assurer un équilibre de vie serein et harmonieux.

En somme,

  • Salariat : La rémunération est là et la quête d’une personne salariée est de donner du sens à son travail et de se réaliser à travers lui (ou pas, libre à chacun chacune de se positionner à ce sujet).
  • Entrepreneuriat : Le sens est là (même s’il est implicite chez certaines personnes et nécessitent d’être explicité) et une quête financière est entamée pour pouvoir vivre pleinement et sereinement de son activité-business.

Ce qu’il faut retenir de tout ça cher(e) entrepreneur(e)

C’est qu’il est important de tenir compte de ses besoins vitaux et de se les rappeler de temps en temps pour pouvoir avancer en pleine conscience avec son entreprise, tout en sachant que ces besoins évoluent en fonction de chaque parcours entrepreneurial et de chaque contexte de vie. Il est vrai que parfois dans le « feu de l’action » du quotidien, ces besoins peuvent être occultés. Cependant exprimer ses besoins au fur et à mesure de son cheminement, c’est aussi approfondir le fameux POURQUOI avoir choisi l’entrepreneuriat – et pas, plus autre chose (et ça, ne jamais l’oublier) – et consolider la raison d’être de son activité.

Prendre le temps d’exprimer ses besoins, c’est sortir la tête du guidon quand on a tendance à foncer tête baissée. C’est se recentrer quand on a tendance à s’éparpiller un peu… beaucoup !

A toi qui me lis, quel est présentement le besoin que tu souhaites combler ?

Si tu veux que nous fassions un point ensemble sur tes besoins, réserve dès maintenant un appel-bilan.

Anthony, ZCrea

Leave a Reply