#8 | “Être” en en harmonie, avec Flavia, coach slowlife et holistique.

Pour ce nouveau numéro, j’ai le plaisir d’accueillir sur l’estrade du Zcafé, Flavia. Une invitation riche de sens pour moi tant nos missions d’accompagnement se rejoignent mais avec des univers, des approches, un langage bien singuliers et tant son projet de vie – au-delà de son activité d’accompagnante – m’inspire profondément. Le métier de Flavia en quelques mots : coach slowlife et holistique. Avec Slow Leaf, elle accompagne à ralentir pour renouer avec sa / la nature afin d’« être » en harmonie dans sa vie (et les guillemets ont leur importance, c’est l’essence même de sa démarche, le cœur de notre échange !).

Plus qu’une mission au service de l’Être et de l’Humain, un art de vivre qu’elle incarne au quotidien, qu’elle ressent pleinement. Un chemin(ement) qu’elle partage généreusement – et qui me fait particulièrement écho et résonnera en toi peut-être aussi d’ailleurs. Flavia est une personne qui recherche l’harmonisation de l’Être tant dans sa vie qu’avec les personnes qu’elle accompagne avec une approche globale. Une harmonisation de l’Être, de soi, dans son environnement, vis-à-vis des autres. Au plus près de la nature, renouer avec sa nature, ses racines, pour ensuite être en harmonie. Un voyage qu’elle propose, teintée de douceur et de bienveillance. Il n’y a plus qu’à se laisser porter maintenant.

« Être », c’est l’importance que j’accorde à qui je suis sans oublier l’essence de qui on est, des êtres humains.

Si Flavia a décidé de mettre « être » entre guillemets, c’est pour attirer l’attention sur le regard pluriel qu’elle porte sur cette notion et rappeler que nous sommes des êtres humains. « Être humain, c’est un tout ; autant on fait partie d’un tout, autant juste être c’est énorme. Être au cours de sa vie, c’est tellement fort si on prend le temps d’y réfléchir – qui on est aujourd’hui ne sera pas forcément qui on sera demain et qui on était hier, et c’est la magie d’être un être humain. C’est pour cela que je le mets entre guillemets [être] car il y a une force derrière ce mot pour moi qui m’anime, qui est très importante et qui est pour moi l’essence même du message que je souhaite véhiculer ». « Être », c’est englober cette force, cette essence. Et l’essence par rapport à l’être, c’est une façon consciente de vivre sa vie. C’est être en conscience et réfléchir aux actions et aux choses qu’on choisit de placer dans sa vie pour tendre vers le mieux-être et bénéficier de ses effets sur le long-terme.

Flavia me précise d’ailleurs qu’elle préfère utiliser la dénomination « mieux-être » plutôt que le concept de « bien-être ». Un choix intimement lié à son cheminement personnel. « Les concepts de « développement personnel » et de « bien-être », je m’y suis énormément intéressée suite à mes soucis de santé et mon burn-out. Finalement je me suis rendue compte que je suis rentrée dans les travers de ce développement personnel où l’on reste très enfermé sur soi. L’approche de développement personnel pure comme elle est présentée dans la société me donne cette impression qu’il y a plein d’outils de bien-être pour aller bien plus qu’être, où finalement le côté « être » ne reste pas, ça n’a pas le temps de s’ancrer en soi, d’infuser pour prolonger les effets de ses bénéfices. Aussitôt que l’on sort d’une séance d’un sophrologue, on est tout de suite reparti dans son rythme effréné ». Cet attrait pour le « mieux-être » s’inscrit également dans la continuité de son parcours professionnel. « Tous les métiers que j’ai faits étaient liés à l’Être et au bien-être, celui que l’on consomme de manière rapide, qui a des effets éphémères et qui pour moi est complètement opposé à l’effet recherché et souhaité. J’utilise la dénomination « mieux-être » pour une approche plus pérenne, plus durable et saine. Ne plus faire dans l’immédiat comme la société nous invite à le faire mais privilégier l’Être ». En prenant le temps de réfléchir aux expériences vécues, pour conscientiser, poser des actions en conscience, cultiver un art de vivre. « Être et vivre, c’est un art, c’est l’union de pleins d’éléments que l’on incarne, qui sont présents dans notre vie, ou autour de nous, ou par les autres qui font qu’on va façonner et rendre ça beau, et c’est ça la richesse, c’est propre à soi, rien est figé ».

Harmoniser l’Être en conscience pour « être » en harmonie.

L’harmonisation de l’Être est un voyage. C’est aller à la découverte de soi en laissant la porte ouverte vers les autres, vers d’autres approches et d’autres mondes. C’est un cheminement où l’on part de soi avec ce que l’on a pour tendre vers le mieux(-être). Il y a des choses que l’on va laisser et d’autres que l’on va garder.

Pour Flavia, parler d’harmonie – autant extérieure qu’intérieurement  – c’est d’une certaine manière aller à contrepied du développement personnel qui reste de soi à soi. Elle me rappelle l’étymologie du mot « harmonie ». Du grec ancien harmonia, il désigne l’union. L’harmonie est en soi, mais aussi de soi vers les autres, et de soi vers son environnement. C’est une conception englobante avec toujours cette idée qu’en tant qu’être humain on fait partie d’un tout. Une ré-union entre l’être et le faire se fait, sans être dans l’opposition, ni dans la contrainte. « L’harmonie je le vois comme un bulle, l’harmonie propre, la base, en soi, qui s’élargit de plus en plus. L’harmonie avec soi-même, c’est mettre de l’ordre dans ses pensées, dans ses aspirations et mettre le désir particulier au service du plus généraux. Et ensuite quand c’est en expansion c’est au service du plus grand nombre. En incarnant cette harmonie, on envoie des messages. Les gens observent et voient le changement. On passe l’information, on agit sur le vivant, les gens autour de nous, l’environnement. C’est ce lien avec la nature. On est intrinsèquement lié ».

Dans cette démarche consciente de vivre la vie – sa vie – qui ne s’arrête pas à soi. Même si on a parfois cette impression de travailler individuellement, finalement on est au service du collectif. Pour Flavia, prendre soin de soi, c’est prendre soin du vivant. « On prend soin de la mère nature ». Dans le sens inverse, prendre soin de la nature, c’est aussi prendre soin de soi. Être en harmonie, c’est être en harmonie avec le tout, avec le vivant (et l’être humain s’inclut dans le vivant). Être en harmonie, c’est tendre vers des choix qu’on conscientise, des choix durables et sains (à l’opposé du côté éphémère que l’on retrouve dans cette notion de bien-être).

De la slowlife à la permaculture, des façons conscientes de vivre sa vie et de renouer avec sa nature profonde.

Le processus d’harmonisation de l’Être, à travers le vivre en conscience, se retrouve dans les approches de la slow life, de la permaculture et de l’écologie intérieure, les trois approches-piliers de la démarche proposée par Flavia. La conscientisation est au cœur de son accompagnement qu’elle englobe dans le mouvement « harmonisme », le fait d’être en harmonie, de vivre sa vie en harmonie. Cette conscientisation vers le mieux-être se fait à deux niveaux : le fait de conscientiser, se donner le temps de, laisser infuser (approche slow) et le vivre en conscience, comme un art de vivre durable et pérenne (approche de la permaculture).

Le slow life, c’est une approche pour inviter à ralentir, être en conscience pour amener à la réflexion en douceur pour conscientiser, être pleinement en conscience. Attention ralentir ne veut pas dire que tu ne fais plus rien. Adopter une approche slow, c’est ralentir pour faire les bons choix et mettre ton énergie là où il va être intéressant de le mettre pour toi à un instant t afin de la préserver. Te préserver.

« La permaculture, c’est une façon de vivre qui me parle énormément. J’utilise certains de ses outils. Être en conscience, c’est être en soi et accepter le tout qui commence déjà en soi avant d’être le tout dont on fait partie. Il faut déjà commencer par ça ; Il faut être avec plutôt que contre soi. En utilisant tel outil, se demander si c’est à son service plutôt que de se l’imposer. En permaculture, c’est l’une des règles. On regarde ce que l’on peut faire pour que ce soit en synergie et en symbiose en respectant l’écosystème déjà présent ».

Flavia me partage une métaphore qu’elle utilise beaucoup pour décrire le cheminement de soi vers l’extérieur : celle d’un arbre.

  • Les racines qui sont présentes au plus profond de soi, sa nature profonde, la nature
  • Le tronc qui est fort parce que les racines sont solides, le cheminement, le processus que l’on met en place de façon pérenne
  • Les branches qui s’ouvrent vers l’extérieur avec des feuilles et/ou fruits de tout ce qu’on a mis en place. Les fruits et les feuilles tombent et reviennent à la terre et ça nourrit tes racines. C’est le passé, le présent et ce qui va venir. Ce que tu prépares aujourd’hui prépare demain.
  • La terre (son socle, sa base) : qui tu es, ce qui t’entoure, la nourriture que tu t‘apportes (de l’esprit, alimentaire…). Chaque étape a son importance et a son propre rythme et c’est ok.

Renouer avec sa nature profonde est essentiel pour ensuite être en harmonie.

Pour l’expérimenter avec simplicité et sans contraintes, Flavia te propose une initiation à la conscientisation sur la journée.

Sur une journée, le matin accueillir le jour et le soir cueillir le jour.

Accueillir le jour le matin, c’est être à l’écoute de sa météo intérieure. Demande-toi comment tu te sens, comment ça s’exprime en toi physiquement, émotionnellement, et de quoi as-tu besoin pour pour être en conscience cette journée et t’accompagner.

Pendant la journée, relie-toi à ta respiration, tes sens, tes sensations physiques et tes émotions pour accompagner ces questionnements que tu as eu le matin.

Pour finir, le soir cueille le jour. Relie-toi avec le mot, le sentiment ou l’émotion qui a rythmé ta journée. En faisant cela, tu es dans l’être. Respire et cueille ce que t’a apporté cette journée, sans jugement dans la bienveillance.

Une belle et douce transition  pour aller vers le sommeil et accueillir la nouvelle journée qui s’en vient.

Et pourquoi pas une habitude à mettre en place chaque jour ?

La pause (z)café continue. Si tu veux échanger avec Flavia, tu peux la contacter sur son instagram @slow_leaf ou son site internet https://www.slowleaf.fr

Reçois chaque lundi dans ta messagerie l’infolettre Zcafé

Leave a Reply