#9 | Voyager au cœur de sa créativité, avec Audrey Dardou, consultante en créativité.

Pour ce numéro, j’ai eu le plaisir de recevoir comme invitée Audrey Dardou, une personne lumineuse et haute-en-couleurs. Consultante en créativité avec Tastencolors, elle travaille également pour la Menuiserie de Sauvielle, un tiers lieu professionnel et associatif, un lieu de vie convivial dans lequel je me suis senti bien même à distance. Spontanément en guise de bienvenue, Audrey m’a fait visiter par ordinateurs interposés ce lieu unique et authentique. J’ai eu un gros coup de cœur pour l’histoire du lieu et son architecture, ses murs en pierre, le bois qui le compose et toute l’énergie qui s’y dégage. De ce lieu atypique au Zcafé virtuel, une connexion, une réunion, une inspiration. Un moment (ré)créatif où l’on en oublie presque l’espace et le temps.

C’est qu’avec Audrey, on rit et on voyage. On ressort inspiré, avec le sourire et le plein d’énergie. Son outil de prédilection pour partir en exploration : le design humain. Bien au-delà de l’outil de connaissance de soi, le design humain est pour elle l’opportunité d’expérimenter la vie, de vivre pleinement sa créativité (et pas celle à laquelle on pense au premier abord !). Pour Audrey, la créativité à l’état pure, c’est la vie. Je t’invite dès maintenant à prendre une profonde inspiration. 1.2.3. Expire. 1.2.3. Inspire. Il est temps dorénavant de te laisser guider. Ensemble, partons explorer ta créativité. Souffle de vie ?

La créativité, une énergie vivante et joyeuse.

De nos jours et notamment en ces temps de (re)confinements, on entend de plus en plus parler de créativité, d’intuition. Des concepts en vogue ? Des pratiques à la mode ? L’essence même de la créativité n’est pas là et c’est cela que j’ai particulièrement apprécié en échangeant avec Audrey. Dans notre quotidien, la créativité se vit et s’expérimente avant tout bien plus qu’elle ne se théorise. C’est en déployant sa créativité qu’on l’exprime. Avec ses expériences, avec ses mots, et éventuellement avec ses mains, mais pas nécessairement. « Ce que je vais te dire aujourd’hui [sur la créativité], c’est tout ce que j’ai vécu avec avant qui m’ont permis de la définir comme ça. Et cette définition est évolutive. C’est important d’avoir cette dynamique parce qu’il y a encore un ou deux ans je n’avais pas cette définition de la créativité. Pour moi, la créativité est une énergie, c’est quelque chose de vivant, un mouvement, un cycle. Ce n’est pas quelque chose qui est ouvert ou fermé. On n’appuie pas sur un bouton et hop on est créatif. Je pense déjà qu’on y a tous accès. On a cela en nous, c’est quelque chose d’innée. C’est une énergie joyeuse et si c’est joyeux c’est une vibration hauteAvant je voyais la créativité comme un processus, un processus créatif, comment être inspiré(e) souvent. Si tu t’en tiens à cette définition, il y a la productivité forcément. On est calé sur des actions, des résultats, sur de la rapidité, sur de l’instantanéité. Produire quelque chose de ses mains et de sortir une idée de sa tête de manière fluide. Cette définition est juste en soi mais elle est très en surface ».

C’est en réalisant un challenge créatif avec un groupe de femmes créatives et créatrices qu’elle en est venue à apprécier la créativité dans cette dimension de l’énergie. C’est en prenant conscience de cette dimension et de l’impact que cela avait chez les femmes qu’elle accompagnait dans l’exploration de leur créativité qu’elle s’est sentie à sa place en tant qu’accompagnante et inspiratrice de cette énergie créative.

Pour expliquer de façon illustrée la créativité comme énergie (vivante et joyeuse), Audrey prend souvent l’image d’une pupille. « Quand la pupille se dilate, c’est de l’excitation. C’est comme une vibration, une goutte d’eau qui tombe dans un lac et se diffuse. La créativité c’est pareil, c’est une énergie qui s’ouvre. Sans parler de création de quelque chose de matériel. Elle s’ouvre comme la joie ».

Un exercice-cadeau qu’Audrey te propose pour ressentir la créativité comme énergie vivante et joyeuse. Rappelle-toi de quelque chose que tu as créé, d’une chose que tu as aimé faire (sans que ce soit nécessairement une œuvre), qu’as-tu ressenti au niveau de ton corps ? Et même maintenant que cette action est passée, que ressens-tu ? Est-ce que c’était quelque chose d’ouvert et de dilaté comme une pupille ou de contraint ou de fermé.

De la créatrice à la créative, un continuum.

Du Faire créateur à l’Être créatif, il n’y a qu’un pas. C’est en partageant ensemble nos visions respectives autour de la créativité que nous en sommes venus à expliciter ce lien, ce continuum. Du Faire créateur à l’Être créatif. De l’acte de produire (et toutes les croyances limitantes qui l’entourent) à (oser) vivre cette énergie qui sommeille de fait en soi. La créativité à l’état pur, c’est la vie. Pour Audrey (et je partage son propose), « le mot « créatrice » est réducteur, on y met des métiers manuels, artistiques… La créativité ce n’est pas que ça. Quand on dit qu’une personne est créative, on se met dans une position plus ouverte. Encore une fois, c’est un conditionnement. Dans « créatrice », on reste dans le faire, et «créative » fait partie de l’être, de cette énergie joyeuse. »

Audrey me précise que ce conditionnement revient souvent dans les croyances limitantes de ces client(e)s. Créatif renvoie spontanément aux métiers artistiques, manuels. « Il y a celles et ceux qui sont doués de leurs mains et puis il y a les autres ». Cela te parle ? Heureusement, « c’est en train de changer mais ce conditionnement est tenace et il a la peau dure ». Pour amener ses client(e)s à prendre conscience de leurs croyances limitantes, elle dégaine le fameux Pourquoi, un classique redoutable (qu’est-ce que je l’aime moi aussi celui-là !). « Pourquoi penses-tu cela ? On m’a dit cela… Je ne suis pas à l’aise avec cela… Au final tu rends compte que c’est quelque chose de non fondé et que ce n’est pas quelque chose que tu ressens au fond de toi ». A l’aide de contre-exemples, il s’agit avant tout de déconstruire pour prendre conscience.

Créer, inspirer.

Il y a un autre aspect de la créativité sur lequel j’ai apprécié échanger avec Audrey : la créativité comme (res)source d’inspiration qui va bien au-delà du monde des idées. C’est en me confiant cette anecdote que nous en sommes venus tous deux à déconstruire et à prendre conscience de cette inspiration comme flux, mouvement, souffle de vie. « J’ai toujours eu plein d’idées. Il y a une chose dont je me rappelle très bien. Quand j’étais en primaire, je boudais parce que l’on piquait mes idées. Dans ma tête d’enfant c’était çaMa vision d’enfant conditionnée « on pique mes idées », en fait ce n’est pas ça du tout, les idées n’appartiennent à personne. Par contre inspirer maintenant j’ai compris. Si le métier d’inspiratrice existait, je prendrais ça. J’inspire. Je sais inspirer. »

Créer, c’est inspirer. « Je mets de la respiration,  de la vibration, du mouvement très subtil. On en revient à cette définition de mouvement et d’énergie. Il y a la notion d’instant présent. Ici et maintenant. Créer maintenant. La pleine conscience. Créer c’est être présent maintenant, à la fois dans tes ressentis, dans tes sens. » Inspirer une personne, c’est aussi cela. La mettre en mouvement, lui partager une énergie pour créer à son tour, manuellement ou non. Quand une personne inspire, on sent le vivant dans la présence qu’elle y met, tout ce mouvement qui se crée en elle, et l’énergie qu’elle transmet. Elle est inspirante par l’impact qu’elle a auprès des personnes, l’énergie qu’elles vivent en retour, et le mouvement qu’elle crée dans ce partage. « Quand j’inspire, je suis juste allé placer les bons outils, les bonnes questions pour que la personne trouve ses réponses. » C’est d’ailleurs dans cette posture de consultante qu’Audrey incarne pleinement l’inspiratrice qui vibre en elle. « Je vois vraiment l’accompagnement comme si la personne vient consulter son mode d’emploi et je lui donne une lecture, je lui donne des outils, je me laisse la liberté, je lui laisse la liberté de consulter telle ou telle lecture, tel ou tel outil. Il y a des fois des choses que je sens au début d’accompagnement ; je leur laisse le temps d’expérimenter ».

Le design humain, un voyage dans sa créativité.

Le design humain (DH) pour Audrey, c’est d’abord une rencontre. C’est Jessica Johansen qui l’a intriguée sur le DH. En quelques mots, « le design humain est un outil de connaissance de soi. Le principe : à partir d’une date de naissance, cet outil révèle ce que tu as reçu comme énergie, dessine l’empreinte qui s’est construit, fixée trois mois avant ta naissance par rapport aux planètes ». Cette méthode réunit des savoirs ancestraux tels que l’astrologie, le I-Ching, la Kabbale, les Chakras et la science moderne (génétique et physique quantique). « Ce qui est intéressant avec cette approche c’est qu’il y a une part de génétique car tu hérites aussi de certains traits qu’auraient reçus tes parents. » Dans sa pratique, Audrey utilise le design humain avec l’angle de la créativité pour l’explorer en profondeur et voyager en soi, dans sa créativité. « Je trouve intéressant d’utiliser cet outil de connaissance de soi parce que la créativité on ne s’en sert pas que pour son métier, on s’en sert pour interagir, pour se nourrir ». D’ailleurs dans sa définition de la créativité qu’elle nous présentait au début, on retrouve le vocable du design humain, sa signature, son emprunte. La créativité, comme une énergie ouverte à vibration haute. Le design humain donne en effet des indications sensitives pour optimiser son énergie au quotidien (ici appliqué au processus créatif pour le stimuler et le préserver). « Tu peux avoir un ou deux ou trois sens hyper-développés. Pour moi, l’ouïe et l’odorat. Pour restimuler mon process créatif, j’ai recours à l’acoustique – un playlist qui me fait vibrer est efficace sur moi pour me remettre dans cette vibration haute, cette énergie haute. Idem, il y a des odeurs qui vont me restimuler dans la réflexion, qui me rebooste dans mon élan créatif. Et tout ça c’est dans ton design. » Le design humain peut ainsi aider à créer son écosystème créatif. La créativité étant la vie, il contribue plus largement à créer sa vie au jour le jour en préservant cette énergie vivante et haute. « Le design humain, ce n’est pas qu’une lecture, c’est de l’expérimentation. Quand tu le vis dans tes tripes, tu vas respecter ton corps, ton énergie, ta créativité. Le meilleur moyen, c’est de vivre ton design. »

Avec Tastencolors, Audrey propose deux accompagnements avec le design humain : un volet marketing pour aligner son marketing à son design, et un plus récent où elle aide les femmes à aligner leur design à leur féminité, notamment avec une approche par le corps, à travers leur corps de femme. Elle les aide à mettre le doigt sur certaines sensations qui existaient déjà en elles pour ressentir leur créativité et la déployer. « Elle est là ta créativité en fait, tu l’avais, tu le savais au fond de toi ». C’est un voyage au cœur de sa créativité qu’Audrey propose. Ressentir pour vivre son essence, son design, pleinement. En le réinsufflant dans leur quotidien, dans leur corps. « C’est une continuité. Je pars sur l’identité, l’énergie, les talents, puis après l’expérimentation, vibration dans le corps, dans être une femme. Être soi, être sensitive, être joueuse, être ambitieuse, être toujours. »

Un exercice cadeau.

Voici un autre exercice qu’elle aime proposer : se rappeler un titre de musique qu’on adore et décrire précisément à travers ses cinq sens ce que ça nous fait. L’expérimentation, toujours ! « C’est un exercice que l’on a tous fait mais de pouvoir dire ce que tu mets derrière comme sensations, sachant que ce n’est qu’une palette ça, c’est un avant-goût de ta créativité. En reprenant une toute autre situation où tu as eu beaucoup de plaisir, beaucoup d’extase, tu vas avoir une autre palette ». Il n’y a pas de point d’arrivé, ni de point de départ. On n’est pas dans un processus, on est dans le vivant. En se donnant la liberté d’être, une personne est créative (et pas dans le but nécessairement de créer). De fait. La créativité, c’est une expérience de ta réalité que tu vis. « Quand tu voyages tout seul, tu te retrouves seul avec toi-même. Le voyage est aussi une démarche pour se connaître soi. La créativité, c’est un voyage avec toi-même mais aussi avec les autres, et le design humain est fort pour cela car il donne des indications sur comment interagir avec les autres ».

Si tu veux en savoir plus sur le design humain et échanger avec Audrey, tu peux la contacter sur son instagram @tastencolors ou son site internet https://www.tastencolors.com/

Reçois chaque lundi dans ta messagerie l’infolettre Zcafé

Leave a Reply